Pourquoi jetons-nous nos déchets dans la nature ?

 

Jeter ses déchets par terre reste pour bon nombre de personnes un geste banal voire normal, mais les effets qu’il engendre sur notre planète sont désastreux. Sachets plastiques, papiers, mouchoirs, bouteilles en plastique et autres déchets jonchent nos rues, nos trottoirs, nos plages, nos bords de route, nos marchés. Dans les embouteillages, j’avais aperçu un homme ayant la quarantaine conduisant une voiture, jetait des coques d’arachide sur la route. J’étais choquée. J’en vois tous les jours des personnes qui après avoir bu leur café ou l’eau, jettent le gobelet ou le sachet par terre.  Je peux comprendre un enfant le faire et se faire corriger par ses parents ou un adulte, mais quand il s’agit d’un adulte, c’est honteux et irresponsable. C’est un acte déplorable.

Quand je sors, je ne jette jamais par terre parce que je suis éco-responsable. Quand je bois une bouteille d’eau, une fois vide, je la conserve dans mon sac, arrivée chez moi, je la jette à la poubelle. C’est devenu un réflexe et une bonne habitude.

Vous pouvez-vous aussi adopter ce comportement éco-responsable et l’apprendre à vos enfants. Commencer dès le bas âge, sinon quand ils seront grands, ce sera trop tard de changer cette mauvaise habitude.

 

Mais qu’est-ce qui se poussent ces personnes à jeter leurs déchets par terre. Voici les raisons qui peuvent expliquer ces gestes :

  • Le manque de sensibilisation: ces personnes n’ont pas été sensibilisées sur l’importance de jeter leurs déchets dans les poubelles. Pour elles, le déchet est un fardeau qu’il faut vite se débarrasser plutôt que de le garder en attendant de trouver une poubelle.

  • La paresse: en effet, ces personnes ont la paresse d’aller jeter leurs déchets dans les poubelles qui ne se trouvent pas toujours à proximité. C’est plus facile pour elles de jeter leurs déchets le plus près possible du moment qu’elles s’en débarrassent. C’est hors de question pour elles de garder leurs déchets avec elles car ils sont encombrants.

 

  • Ne pas se soucier de la pollution : ces personnes pensent que ces actes sont sans conséquence. Or, chaque acte qu’une personne pose a soit des conséquences positives ou négatives. En revanche, lorsqu’une personne a l’habitude de jeter ces ordures dans la rue, elle le fait de façon automatique, sans réfléchir. Elle a tendance à répéter cette action à chaque fois que l’occasion se présente.

Prenons l’exemple d’un homme qui achète tous les jours des sachets d’eau, disons 3 par jour, 45 semaines par an, pendant au moins dix ans. Plus de 9 450 sachets qui se trouvent dans nos rues en quelques années.

Multiplier cela par des dizaines de milliers d’individus qui pensent que leurs actes n’ont aucun impact sur l’environnement et voici comment nos villes finissent envahies de sachets plastiques, bouteilles, canettes, papiers, mégots et autres déchets « insignifiants » à l’échelle d’une personne, mais grave à l’échelle d’une population.

 

  • La preuve sociale: c’est un principe de psychologie sociale. Selon ce principe, une personne qui ne réfléchit pas, aura tendance à adopter le comportement ou le point de vue d’autres personnes. C’est à cause de la preuve sociale que certaines personnes jettent leurs déchets dans la rue sans regret en disant que : « De toutes les façons, les rues sont déjà sales, infestées d’ordures. Un de plus ou de moins, il n’ y a pas de différence. » Ou puisque les gens le font déjà, il n’y a pas de mal à ce que j’en fasse autant.

Vous comprenez alors qu’un papier à priori sans conséquence peut, avec l’effet de masse et l’habitude, devenir une montagne de déchets et des problèmes à gérer pour toute une population voire toute la planète.

  • Des gens sont payés pour ramasser les déchets : l’autre catégorie de personnes qui jettent leurs déchets dans la rue sans scrupule se défend en disant que d’autres personnes sont chargées de ramasser ces déchets. C’est un manque de respect envers ces gens. Une manière de penser destructrice qui ne fait qu’aggraver la pollution, car plus un endroit est sale et moins les gens en prennent soin. Elles pensent créer des emplois en polluant nos villes. Je rappelle que les personnes qui travaillent sur la voie publique à ramasser les déchets sont payées grâce aux impôts.

D’autant plus que leur temps pourrait être consacré à des métiers qui ont un impact sur l’environnement  et qui amélioreraient notre quotidien plutôt que de ramper derrière ceux qui ne respectent pas nos villes.

 

Quelles sont les conséquences néfastes des déchets sur l’environnement ?

Les déchets que nous jetons causent des dégâts irrémédiables à notre environnement : insalubrité, odeurs infestes et nauséabondes, décomposition. Autant de conséquences dévastatrices sur la planète qui se répercutent sur nous-mêmes et sur notre santé.

Emportés par le vent, les déchets finissent bien souvent leur course dans les égouts ou les canalisation , ou dans les océans.

Les déchets comme les sacs en plastique polluent la mer, les animaux avalent ces sacs ou d’autres déchets qui peuvent les rendre malades ou les tuer. Les cultures sont plantées dans des sols contaminés et les poissons ingurgitent des substances toxiques qui finiront dans notre assiette…

 

Les matières plastiques prennent plus de quatre siècles à se dégrader et contaminent toute la chaîne alimentaire. Chaque année, des millions de tonnes de plastique se retrouvent dans les océans, faute d'être recyclés. Si aucune action n’est entreprise, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans dans les prochaines années.

4 ce nombre représente en siècles le temps nécessaire à la décomposition d’un sac plastique dans la nature.

Notre planète Terre n’est pas capable de détruire les déchets que nous lui jetons à la figure. Ils ne disparaissent pas non plus avec une baguette magique.

L’abandon de déchets dans la nature pollue les nappes phréatiques, les sols, les cours d’eau et l’air. Ils causent des incendies, le développement de germes pathogènes, l’émergence de maladies, les risques d’épidémie, les disparitions d’espèces animales.

En fonction de la nature de leurs constituants et de leurs propriétés, certains déchets représentent un danger spécifique pour l’Homme ou pour l’environnement et sont considérés comme dangereux. Il s’agit, par exemple, de déchets contenant des métaux lourds (plomb, cadmium, mercure, arsenic…), des hydrocarbures, des déchets explosifs, comburants ou facilement inflammables, des déchets irritants, etc.

Les déchets qui se retrouvent dans la nature, constituent une pollution visuelle et olfactive. Lorsqu’ils se décomposent, leurs composants (particules, de plastiques, certaines molécules, etc) sont libérés et polluent l’environnement.

 

Ces composants persistent pendant des périodes plus ou moins longues dans la nature. Voici quelques exemples : 

Longue vie des déchets abandonnés dans la nature

Papier : 3 mois

Épluchures de fruit : 6 mois

Journaux : 1 an

Filtres cigarette : 2 ans

Chewing -gum : 5 ans

Canette de boisson : De 10  à 100 ans

Sac plastique : de 100 à 1 000 ans

Polystyrène : 1 000 ans

Verre : 4 000 ans

 

La mauvaise gestion des déchets contribue au changement climatique et à la pollution atmosphérique, elle affecte directement de nombreux écosystèmes et de nombreuses espèces. Les déchets ne sont pas seulement un problème environnemental, mais aussi une perte économique. D’autant plus que la gestion des déchets coûte beaucoup d’argent.

Toutefois, nous pouvons encore agir avant qu’il ne soit trop tard.

 

Que devons-nous faire pour cesser de jeter les ordures dans la nature ?

  • Sensibiliser la population sur la préservation de l’environnement.

  • Réaliser des vidéos pour sensibiliser, faire des vidéos qui font le buzz et seront partagées sur les réseaux sociaux afin de sensibiliser une majorité de la population.

  • Participer aux actions de ramassage de déchets.

  • Adopter le réflexe de « la poubelle » qui consiste à conserver le déchet dans votre sac ou dans votre poche jusqu’à ce que vous trouviez une poubelle ou vous pourrez vous en séparer une fois chez vous.

  • Mettre des poubelles à chaque coin de rue.

  • Bien trier pour mieux recycler les déchets.

  • Mettre en place des amendes pour sanctionner les contrevenants.

  • Surveiller les contrevenants par caméra.

  • Recouvrir les espaces de végétaux qui éviteraient les comportements d’incivilités, de pollutions des lieux.

 

Partant du principe que le déchet le plus facile à traiter est celui qui n'a pas été produit. La meilleure solution qui consiste à ne plus produire de déchets, serait de concevoir des produits qui respectent les principes du développement durable. Nous devons modifier la façon dont nous produisons et consommons pour produire moins de déchets voire ne plus en produire du tout. Sauvegardons notre environnement. Il est temps de mettre fin à l’insalubrité. Rendons nos rues, nos villes propres. Combattre la pollution est l’affaire de tous. Nous sommes tous concernés. C’est une responsabilité qui, si de plus en plus de citoyens la prennent, peut réellement faire une différence sur la santé de notre environnement immédiat et le sort de notre planète.

Soyons éco-responsables.

 

 

 

 

 

Partager cet article...
Publication précédente Publication suivante

Commentaires

Laisser un commentaire

Ils nous ont fait confiance